xxxxxxxxxxxx Actualité


Des lycéens de Monnerville primés aux Olympiades de physique à Marseille

Olympiades de physique à Marseille

 

Vendredi 27 et samedi 28 janvier, 4 élèves motivés de Terminale S, Sciences de l'Ingénieur du Lycée Gaston Monnerville, ont eu la chance de présenter un projet scientifique original lors de la finale nationale des Olympiades de Physique à Marseille. Terek Briet, Dorian Burg, Lancelot Joud et Paul Masson, ont présenté les résultats du travail de recherche effectué durant 2 années avec le reste de la classe. Leur projet, mené en collaboration avec l'aéroclub du Quercy et M. Hubert, chercheur à l'ONERA, consistait à modéliser l'évolution du nombre de particules cosmiques en fonction de l'altitude. Devant un jury composé de scientifiques, chercheurs et professeurs de grandes écoles, ils ont défendu leur travail avec enthousiasme, développant leurs compétences orales avant une entrée dans les filières post bac. Ils se souviendront de l'émulation autour des différents projets proposés par les 25 équipes venues de toute la France à l'Université Aix Marseille. Ils ont obtenu le Prix du CERN, décerné par Michel Spiro, directeur de la Société Française de Physique et ancien directeur du CERN.

La Dépêche du Midi

Classement des lycées : Monnerville Cahors et J. D'Arc Figeac bien cotés.

 

Le classement national des lycées a été publié hier. Les huit lycées lotois du public et du privé ont été notés. Le taux de réussite au bac n'a pas été le seul critère. Monnerville Cahors et Jeanne d'Arc Figeac figurent en bonnes places.

 

 

 

Les chefs d'établissement ont eu la primeur des résultats il y a déjà 2 mois. Le classement des lycées 2017 rendu public hier ne les a donc pas vraiment surpris. Mais la notation comme celle qui couronne ou sanctionne une copie de maths est à la fois redoutée comme espérée lorsqu'on pressent le bon résultat. Les huit lycées lotois du public et du privé, établissements d'enseignement général, technologique ou professionnel (1) ont été jaugés à partir du taux de réussite au Baccalauréat.

Mais ce n'était pas le seul critère, L'Étudiant, depuis 5 ans, établit une moyenne des notes en intégrant 2 autres indicateurs, la capacité à faire progresser les élèves et l'indice de stabilité. D'autres médias, Le Figaro, L'Internaute sont sur des bases différentes. Dans ce classement 2017, le lycée Gaston Monnerville de Cahors réalise une belle opération. Un A signifiant «Très bon lycée» et une note de 15,2 propulsent l'établissement parmi les mieux cotés du Lot à la grande satisfaction de son proviseur, Pascal Virlogeux : «Nous sommes en progression et cette plus-value de réussite au bac s'est principalement exprimée dans les filières Pro où le taux de réussite a augmenté de 5 %. L'effectif dans une filière comme la ST Laboratoire est passé à 40 élèves en 1re année alors que nous en comptions 25 l'année dernière».

Le classement fait aussi la réputation d'un établissement et pour Monnerville, il tombe à pic avec deux journées portes ouvertes en fin de semaine.

À Figeac, la proviseure du lycée privé Jeanne-d'Arc, Anne Vidal, a appris une excellente nouvelle hier. Son établissement se classe en effet 16e meilleur lycée de France, selon Le Figaro. «Je ne me précipite pas sur ces classements. Mais je suis flattée d'apprendre que nous sommes classés parmi les meilleurs lycées. J'ai regardé le classement du journal Le Monde qui nous classe aussi très bien» se réjouit Mme la proviseure. De fait, le rang du lycée figeacois varie selon les sites et les médias. Le Figaro ne base son classement que sur le taux de réussite au bac (98 % à Jeanne-d'Arc sur 57 candidats présentés en 2016), à la différence du Monde qui prend en compte pour 50 % de la notation le taux d'accès au bac depuis la Seconde.

Et à ce niveau, Jeanne-d'Arc n'affiche qu'un faible pourcentage. Un élève qui entre en Seconde n'a que 45 % de chance de réussir son bac dans l'établissement. «Ce chiffre fausse un peu la donne. Nous avons une section foot au lycée et beaucoup d'élèves de Seconde viennent de Toulouse puis repartent car ils ne se font pas à l'endroit» explique Anne Vidal. «Chaque journal faisant son propre classement, je ne pense pas que les familles se focalisent sur ces résultats. Ils viennent chez nous car nous sommes sérieux et rigoureux. Nos enseignants sont exigeants et préparent les élèves autant pour le bac que pour l'après-bac. Nous sommes un petit établissement, mais c'est plus confortable» poursuit-elle.

Un décalage public/privé moins tranché dans le Lot

La proviseure reconnaît que les lycées de petite taille sont souvent mieux classés, à l'exception peut-être cette année du lycée Saint-Étienne à Cahors, qui a chuté dans le classement du site L'Étudiant (lire notre encadré). «Les petits lycées sont mieux classés, mais peuvent vite dégringoler. Cette année nous espérons encore 100 % de réussite au bac S et 7 mentions Très bien. Nos résultats ont toujours été au-dessus des moyennes académique et nationale» souligne Anne Vidal. Les lycées d'enseignement privé affichent habituellement de très bons résultats. Cette année encore, le podium des meilleurs lycées de France est exclusivement composé d'établissements privés, aussi bien pour l'enseignement général et technologique que professionnel. Ce succès peut s'expliquer par le fait que les lycées privés «choisissent» leurs élèves, autant par le niveau et l'argent que par la motivation et le travail, comme le confiait déjà l'an dernier au journal Le Monde le sociologue pétrocorien François Dubet.

Dans le Lot, les lycées publics font aussi très bonne figure, affichant tous un taux de réussite au bac général d'au moins 85 %, mais avec un léger retard pour les filières professionnelles des lycées Vicat (Souillac) et Champollion (Figeac).

(1) Lycée Saint-Étienne Cahors (privé) ; Clément-Marot Cahors (public) ; Monnerville Cahors (public) ; Jeanne-D'Arc Figeac (privé) ; Léo Ferré Gourdon (public) ; Jean-Lurçat Saint-Céré (public) ; Champollion Figeac (public) ; Louis-Vicat Souillac (public).


Les notes des 8 lycées lotois

Lycée Gaston Monnerville à Cahors. 15,2, de B (bon lycée) en 2016 passe à A (très bon lycée) en 2017. 116 élèves présentés au Bac, taux de réussite de 97 %.

Lycée des Métiers Champollion à Figeac. 14,7, de D (très moyen) en 2016 passe à B (bon lycée) en 2017. 188 élèves présentés, taux de réussite de 96 %.

Lycée Clément-Marot à Cahors. 14,3, de B (bon lycée) en 2016 passe à C (lycée moyen) en 2017. 268 élèves présentés au Bac, taux de réussite de 92 %.

Lycée Jeanne d'Arc à Figeac. 14,1, C (lycée moyen) en 2016 comme en 2017. 57 élèves présentés, taux de réussite de 98 %.

Lycée Jean-Lurçat à Saint-Céré. 14, D (lycée très moyen) évaluation identique en 2016 et 2017. 123 élèves présentés. Taux de réussite de 90 %.

Lycée Louis-Vicat à Souillac. 13,9, de C (lycée moyen) en 2016 passe à D (lycée très moyen). 52 élèves présentés. Taux de réussite de 85 %.

Lycée Léo Ferré à Gourdon. 13,5, D (lycée très moyen) en 2016 comme en 2017. 47 élèves présentés au Bac. Taux de réussite de 89 %.

Lycée Saint-Etienne à Cahors. 13,4, de A (très bon lycée) en 2016 rétrograde à D (lycée très moyen) en 2017. 58 élèves présentés, taux de réussite de 95 %.

La Dépêche du jeudi 23 mars 2017. Jean-Michel Fabre et Mathieu Fontaine

Les BTS lotois en renfort

 

En septembre 2015, le lycée Louis-Vicat a été approché par la société «Devoir de Liberté», gérée par Pascal Madachon, qui fabrique et distribue, depuis plusieurs années sur des sites festifs, de la crème glacée à base de noix de coco. Il restait limité en production et se heurtait à un problème de conservation du produit qui induisait des consommations de pains de glace et de sels conséquentes. C'est pourquoi il a fait appel aux spécialistes de la formation BTS fluides énergies et domotique option froid et conditionnement de l'air, pour concevoir un prototype mobile et de bonne autonomie. Prototype baptisé «la Cocomobile».

Sur l'année scolaire 2015-2016, un groupe d'étudiants du lycée Louis-Vicat, encadrés par Philippe Bartrons, a déjà travaillé sur le sujet, ce qui a conduit le porteur du projet à acheter un véhicule mobile 6x6 qui servira de base pour le sujet 2016-2017.

Dans le cadre du partenariat avec la plate-forme technologique «efficacité énergétique» animée par Ludovic Puydebois de Cahors, les étudiants souillagais ont rencontré, vendredi 3 mars, leurs homologues cadurciens des formations conception des produits industriels (CPI). Ils devront proposer une solution technique au bras malaxeur et au châssis extérieur. Les étudiants en électrotechnique devront quant à eux proposer une solution à la gestion des énergies avec apports solaires ainsi qu'à la gestion «sons et lumière».

Ces étudiants cadurciens, encadrés par leurs professeurs, Laurent Barthes pour les CPI et Laurent Peyral pour les électrotechniciens, ont pu échanger sur leur projet commun, faire le point sur leurs difficultés et proposer leurs solutions à Pascal Madachon («présent» grâce à une visioconférence avec l'île de Mayotte où il travaille actuellement).

«Impliquer des étudiants, des apprentis, des enseignants, des artisans, des entreprises et des institutions locales ou régionales sur un dossier commun, est un projet ambitieux, certes difficile à mettre en œuvre mais tellement motivant pour tous», confiait Patrick Nicolas, initiateur de cette réunion.

La Dépêche du Midi du 14 mars 2017

Planning modifié des conseils de classe du 2ème trimestre Mars 2017

Planning

 

 


- www.mairie-cahors.fr
- www.meteofrance.com
- www.sncf.com
- www.education.gouv.fr
- www.Eduscol.fr
- www.ac-toulouse.fr
- www.Onisep

Lycée Gaston Monnerville BP 283 Rue George Sand 46005 CAHORS CEDEX
Mentions légales | Création & Réalisation 3wcom